du 16 juin au 21 juillet 2019

Une exposition du Centre d’interprétration de l’ardoise de Richmond
Commissaire : Francine Péloquin
5 rue Belmont
Richmond
Québec J0B2H0
(819) 826-3313
info@centreardoise.ca

L’exposition Courtepointes contemporaines et tableaux textiles regroupe une quinzaine d’œuvres récentes d’Isabelle Dupras, artiste en art textile et courtepointière. Des tableaux miniatures aux grandes pièces murales, les courtepointes présentées ont en commun l’amour du patrimoine et de la nature et proposent une interprétation actualisée de cette activité artisanale traditionnelle. Fantaisie, géométrie et récupération s’entremêlent et créent des œuvres uniques qui étonnent et réjouissent.

L’artiste et sa démarche

Après des années à célébrer la flore du Québec dans le cadre de sa carrière en horticulture, Isabelle Dupras se consacre désormais à une tout autre facette de notre patrimoine, celle de la courtepointe et du textile. Riche d’une formation en architecture de paysage au cours de laquelle elle a exploré maintes facettes du design, elle profite maintenant pleinement de sa créativité et de son amour de la nature afin de créer des courtepointes expressives qui sont à la fois des objets de réconforts et des œuvres toutes personnelles. La courtepointe, telle qu’elle la propose, lui permet d’allier son amour pour les traditions populaires, sa passion pour les textiles d’ici et d’ailleurs et son désir constant de partager sa fascination pour les choses de la nature, petites ou grandes.

Isabelle Dupras a maintenant son atelier à Drummondville, mais a vécu plus d’une vingtaine d’années dans la région de Richmond où elle a réalisé ses toutes premières courtepointes. Soucieuse de maintenir la vocation économique à l’origine de la courtepointe, elle fait une large place aux matériaux récupérés, tels que le denim, le lin et le coton. Autrefois constituée par nécessité d’un assemblage de vêtements vétustes et de tissus élimés, la courtepointe a constitué une activité ménagère significative pour de nombreuses familles et communautés. C’est d’ailleurs à cet aspect pratique qu’Isabelle souhaite rendre hommage par son travail. Également très éprise par la beauté du monde naturel, Isabelle Dupras puise son inspiration dans des fragments de paysage, le plumage des oiseaux, la poésie des migrations et l’apparent tumulte de la vie qui fourmille et provoque en elle toujours davantage d’émoi. À la fois formelle et poétique sa démarche répond à la quête de sens et de beauté qui l’habitent depuis toujours.





Le centre d’interprétation de l’ardoise est situé dans l’ancienne Église St-Paul, un petit bijoux estrien d’inspiration néogothique.